Exode forcé des jeunes, 7 députés provinciaux plaident pour des nouvelles zones d’exploitation artisanale de diamant

0
38
Des jeunes Wewa (motocylistes) venus des provinces minières, à Kinshasa

Pour résorber le chômage des jeunes de Kananga, dans la province du Kasaï-Central, sept députés provinciaux demandent l’ouverture de nouvelles zones d’exploitation artisanale de diamant. Jadis exploitants miniers pour leur propre compte, les jeunes sont aujourd’hui à la traine.

Tous les sites d’exploitation de diamant ont été attribués aux exploitants détenteurs des titres. Selon les revendications de ces élus, les sites où on trouve encore de gisements de diamant sont détenus par les entités qui possèdent des titres miniers.

Privés ou écartés dans l’exploitation artisanale de diamant, les jeunes de Kananga sont forcés à émigrer en Angola, déplorent ces élus qui demande au gouvernement de procéder à l’extension de nouvelles zones d’exploitation minière. A ce jour, Kinshasa est envahi par des jeunes convertis en  « Wewa » (motocyclistes) en provenance des zones minières.

«  Depuis plusieurs années, on voit des exploitants insolvables vis à vis de l’Etat. Paradoxalement, ils gardent toujours les mêmes espaces comme des petits rois et ils privent la population autochtone de la jouissance de ces espaces », déplore  Dialo Meba Kalumba, un des députés membre du groupe de sept.

« Si l’État peut attribuer certains sites à la population en confisquant les titres d’exploitation à ceux qui sont insolvables », suggère t-il.

Notons que ce groupe des députés a été reçu à Kinshasa au début du mois par la vice ministre des mines, à qui ils ont soumis leurs préoccupations.

 

Christiany TSHILANDA

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici