Bravant la crise sanitaire, Béatrice Lomeya a su mettre les bases pour contrer les violences basées sur le genre en RDC

0
100

Le gouvernement Ilunkamba étant démissionnaire l’heure est au bilan. A cet effet, la ministre d’état en charge du Genre, enfant et famille, Béatrice Lomeya Atilite s’est soumise à cet exercice tout en retraçant son parcours et actions au sein du gouvernement.

Bravant la crise sanitaire tout au long de son mandat, Béatrice Lomeya souligne qu’elle a su baliser la voie pour des résultats probants dans la lutte notamment contre les violences basées sur le genre.
« J’ai réussi à faire adopter au plus haut niveau des grandes résolutions sur les violences basées sur le genre et cela permet au pays d’avancer dans cette lutte », a-t-elle déclaré.

Au terme d’un mandat riche en actions, débuté le 26 août 2019 , Béatrice Lomeya fait l’état des lieux de la mission accomplie dans un secteur qui régit toute la société.

Le mandat de Béatrice Lomeya à la tête de ce ministre est marqué des avancées notoires. La patronne du genre a réussi à mettre en marche la stratégie Nationale actualisée de lutte contre les violences basées sur le genre.

Aussi, le plan d’action de la résolution 1325 qui va contribuer à une représentation significative des femmes dans les structures de recherche des solutions.

Toujours pendant l’exercice de son mandat Béatrice Lomeya a obtenu la ratification de la charte Africaine des droits et bien être de l’enfant Congolais. Ce document a été déposé au Bureau de l’Union Africaine (UA) depuis le 8 décembre dernier.

Un autre fait saillant, gelée depuis 2012, la campagne tolérance zéro contre les violences basées sur le genre et l’impunité en RDC sera lancé dans un bref délai par le président de la république Félix-Antoine. Cette campagne qui va se dérouler pendant deux ans, est le résultat de la détermination de la battante, Béatrice Lomeya Atilite.

Elle s’est egalement investit sans relâche pour apporter sa pierre dans ce secteur et à faire avancer tant soit peu l’épanouissement de la femme congolaise et de l’enfant Congolais.

Christelle LABU

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here