Bénin: La presse africaine va interagir avec la FAIBA au Grand prix de Russie ( Ulrich Ekué)

0
593

A trois mois du Grand Prix de Russie qui va se tenir en juillet,  journaldesnations.net a recueilli les avis d’Ulrich Ekué Gaba sur l’impact de cet événement par rapport à la presse. Ulrich Ekué Gaba est le Président de l’Union des journalistes de la FAIBA entendez Fédération Africaine et Îles de Boxe Arabe. Une discipline de sport de combat proche du Wushu qu’il a appris à aimer. Il est  journaliste Reporter d’image (JRI). Cet ancien athlète du Bénin a été plusieurs fois médaillé de Wushu et vice-champion d’Afrique en 2007.

*Journaldesnations.net:*

Quel impact la FAIBA (Boxe Arabe)  pourra-elle apporter au niveau de la presse africaine ?

*Ulrich Ekué Gaba:*

D’abord permettez-moi de lever l’équivoque sur l’amalgame souvent faite par ceux qui entendent parler de boxe arabe. C’est une discipline totalement différente de la boxe anglaise qui n’est que coups de poings. Quand on parle de boxe arabe c’est « pieds et poings », fauchages avec plusieurs variantes de techniques que l’on retrouve également dans des disciplines voisines comme le kickboxing, le muay-tae, la savate, la sanda etc. Et contrairement à ce que l’on pourrait imaginer c’est un sport pas violent ou brutal. C’est un art de finesse qui allie agilité, souplesse, force et précision de frappe. C’est une discipline qui développe chez le pratiquant l’esprit d’équipe, d’entraide, de pardon, d’humilité et d’ouverture. Pour revenir à votre question, la FIBA offre à l’Afrique de faire connaitre son talent sportif à travers ses athlètes. Elle offre également à la presse africaine la possibilité de couvrir l’un des grands galas jamais organisés jusque-là en termes de sports de combat. Aujourd’hui grâce à la FIBA et surtout la FAIBA, la presse africaine peut interagir entre elle. Coordonner ensemble des plans de communications et de travailler ensemble. Depuis l’annonce du Grand Prix de Russie et grâce au dynamisme du Président de la FAIBA, Éric Ella Bekake, tous les journalistes africains amoureux de la boxe arabe travaillent ensemble sur une même plateforme sous la houlette d’un bureau multinational. C’est dire que l’Afrique peut parler d’une seule et unique voix. C’est ce que nous démontre la Boxe Arabe. Et c’est aussi un espace pour les confrères d’échanger et de  capitaliser les expériences dans le domaine professionnel.

Journaldesnations.net:

En plus d’être un espace sportif, quel autre avantage représente l’organisation du Grand Prix de Russie?

Ulrich Ekué Gaba:

Le Grand Prix de Russie comme je l’ai dit tantôt, n’est pas un gala ordinaire. Au delà de la portée sportive qui est le pilier fondamental, il y a deux autres enjeux majeurs. Les délégations africaines viennent à Moscou avec des opérateurs économiques sérieux. Ils seront mis en contact avec des hommes d’affaires arabes et d’Europe pour échanger sur des projets novateurs pour l’Afrique. C’est donc une sorte de facilitation entre opérateurs économiques d’Afrique et ceux des autres continents. Une telle opportunité autour d’un gala sportif, avouons-le, c’est rare. Le troisième enjeu majeur de cette rencontre sportive qui va se dérouler en Russie est liée à la politique. Tous les ministres des sports des pays participants y sont conviés avec possibilité d’intégrer des parlementaires. C’est pour faciliter les réflexions autour des problèmes et handicaps du sport en Afrique afin de trouver  des solutions pour lever les goulots d’étranglement. Entre ministre des sports d’Afrique, arabe et d’Europe, les jets d’une bonne coopération technique et financière seront jetés pour l’accompagnement de l’Afrique dans son affirmation sur le plan sportif pour le rendre plus dynamique et plus professionnel. Et ici, nous ne parlons pas que boxe arabe. Donc, vous pouvez déjà comprendre que c’est une compétition de grande envergure que la Russie a accepté d’abriter. Nous en profitons pour remercier le Président Vladimir Poutine qui s’est personnellement impliqué dans l’organisation de cette compétition aux côtés du Président de la FIBA, son excellence Dr Heidi Sediri.

Journaldesnations.net:

A quoi est dû le report du Grand prix de Russie préalablement prévu au mois d’Avril à Moscou?

*Ulrich Ekué Gaba:*

Le monde entier traverse actuellement une crise sanitaire mortelle et nul ne devrait prendre des risques inutiles. Dieu merci, nous en savons un peu plus sur cette maladie et des vaccins sont déjà trouvés pour la prévenir. Mais, ce n’est pas le moment de baisser la garde sanitaire. Les organisateurs avaient déjà pris des dispositions très pointues pour sécuriser le Grand Prix de Russie. Mais comme vous le savez, l’Europe traverse sa troisième crise et c’est le moment de renforcer les mesures pour éradiquer ce mal qui a mis toute la planète à genou en asphyxiant l’économie  par la paralysie de presque tous les secteurs. Pour les responsables de l’administration russe, il paraît plus judicieux de reporter la compétition, le temps de gérer la vague de vaccination pour mieux contrôler le mal. N’oublions pas que nous parlons de plus de deux mille personnes qui vont investir Moscou. Ce n’est pas un chiffre à prendre à la légère. L’administration russe a donc proposé à la FIBA le report pour mieux se préparer. C’est ainsi que du 21 Avril au 1er Mai 2021, nous sommes passés à 27 juillet comme date de démarrage de la compétition qui s’étendre jusqu’au 10 Août de la même année. Bien que cela puisse impacter un peu les sportifs déjà mis au vert, il faut reconnaitre que c’est une sage décision. Nous espérons que dans les prochains  jours, nous pourrons reprendre nos activités sans inquiétude. J’en profite pour exhorter tous les athlètes à maintenir le rythme de travail pour ne pas baisser en performance. A la presse africaine je demanderai de maintenir la veille autour de la communication sur la Boxe Arabe.

*Journaldesnations.net:*

La date du report coïncide avec les jeux olympiques à Tokyo, événement sportif d’envergure qui n’admet pas toute autre compétition sportive, qu’en pensez-vous?

*Ulrich Ekué Gaba:*

C’est en effet une période sensible. Mais, comme vous le savez le sport s’impose à tous. Devrions-nous surseoir le Grand Prix de Russie à cause des Jeux Olympiques? Je pense que non, sauf avis contraire des organisateurs. La pandémie liée au COVID-19 nous impose sa loi et nous devons nous y faire. L’essentiel est de relever le défi qui s’impose à nous.

*Journaldesnations.net:*

Quel appel à l’endroit des journalistes déjà engagés à éviter la trêve  par rapport à la communication autour du Grand prix de Russie jusqu’au jour J ?

*Ulrich Ekué Gaba:*

Comme j’ai eu à le dire à tous les confrères d’Afrique sur notre plateforme commune, nous ne baisserons pas les bras en terme de communication autour de la boxe arabe. En quelques mois, nous avons démontré que l’Afrique peut communiquer à travers un unique et puissant réseau de journalistes. Parmi nous, il y a des francophones, des anglophones, des lusophones et des hispanophones. Mais, nous arrivons à communiquer librement parce que chacun de nous comprend au moins deux langues. Je dirai à tous les collègues donc que je suis fier d’être à la tête de l’un des creusets de communication des plus vastes et les plus dynamiques que l’Afrique ait jamais connu. Et pour cela j’exhorte chaque membre de l’Union à poursuivre avec l’élan amorcé par le Président de la FAIBA, Éric Ella Bekale. C’est grâce à sa vision d’unité que nous avons réussi cette fusion gigantesque placée sous ma tutelle. Nous avons prouvé que la synergie d’action peut rendre l’Afrique plus dynamique. Alors restons dans cette dynamique

Propos recueillis par *Francisco Lawson*

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here