Absence des juges aux procès de meurtre de deux experts de l’ONU, la cour militaire les exhorte à l’humanisme

0
552

Comme lors de la précédente audience, la plus part des accusés n’étaient pas assistés. Seuls quatre avocats et deux défenseurs militaires étaient présents dans la salle. Poursuivit pour crime grave, dans ce genre de procès, les prévenus ne peuvent pas comparaitre seuls. C’est pourquoi la cour était contrainte d’écourter l’audience.

Mais avant de renvoyer la cause, le président de séant a fait appel pour une nouvelle fois au sens l’humanisme des avocats qui assistent les prévenus dont certains ont déjà faits trois ans en détention. « La cour militaire espère que les avocats reviendront au sens d’humanisme », déclare le général Tshayikolo, indiquant que la mention « Nous jugeons nos semblables », inscrite dans la salle d’audience, est une invitation à une attitude humaine vis-à-vis des personnes, a-t-il poursuivi.

Le président de séant a annoncé enfin que la cour va entrer en contact avec le bâtonnier du Kasaï Central pour pouvoir tirer cette situation au claire. La prochaine audience est prévue au mardi 16 février prochain. Rappelons que le procès de meurtre de deux experts de l’ONU à savoir Zaida Catalan et Michel Charp est ouvert depuis juin 2017.

Christiany TSHILANDA (Correspondant à Kananga)

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here