RDC: condamnation du chef rebelle Sheka, la réaction de Cepadho

0
290

Le centre d’étude pour la promotion de la paix, la démocratie et les droits de l’homme « CEPADHO » salue à l’instar des autres organisations de défense des droits de l’homme la peine infligée à l’ancien commandant du groupe armé Nduma Defence of Congo, Tabo Taberi Sheka.

« Ce qui traduit un effort dans la lutte contre l’impunité en RDC », se réjouit cette structure basée dans la région de Beni, où les ADF, des rebelles ougandais commettent des exactions à l’égard des civils depuis plusieurs années.

Réparation des victimes, un autre combat ?

Ce rebelle, Tabo Taberi  Sheka a été condamné avec ses deux co-accusés en début de semaine par la cour militaire opérationnelle du Nord-Kivu à perpétuité pour des crimes de guerre (meurtres, viols, esclavage sexuel, destruction des biens, atteinte à l’intégrité physique et enrôlement d’enfants).

Des crimes commis essentiellement dans le territoire de Walikale dans la Province du Nord-Kivu à l’Est de la RDC.

Ainsi, le centre d’étude pour la promotion de la paix, la démocratie et les droits de l’homme sollicite du Gouvernement Congolais une intervention en faveur de nombreuses victimes de SHEKA.

« Ceci au vu de son incapacité manifeste d’assurer la réparation attendue, en termes des dommages et intérêts », souhaite le Cepadho dans une déclaration publiée ce mercredi.

« Il reste cependant sur sa soif quant à la réparation des préjudices subis par les victimes qui, au-delà de la peine infligée à leur bourreau, attendent une réparation matérielle et/ou financière réelle à titre des dommages et intérêts. Cela afin que le sourire longtemps leur arraché soit retrouvé », lit-on dans le même document.

Enfin, cette structure de défense des droits de l’homme plaide pour que pour que les condamnés soient placés dans une prison de haute sécurité pour rassurer les uns et les autres de l’exécution de sa peine. Une crainte exprimée suite aux évasions massives des détenus dans des maisons carcérales de la RD Congo.

Djiress BALOKI (correspondant au Nord-Kivu)

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here