RDC: Des nouvelles allégations d’abus sexuels des humanitaires pendant la riposte-Ebola révélées 

0
266

Le Coordonnateur humanitaire en RDC, David McLachlan-Karr reste préoccupé par des nouvelles allégations d’exploitation et d’abus sexuels. Des faits qui se seraient produits lors de la riposte contre la 10ème épidémie d’Ebola qui a touché entre 2018 et 2020 les provinces du Nord-Kivu et de l’Ituri à l’Est du pays.

Mardi dernier, Associated Press a publié des témoignages accablants clouant de nouveau des agents de l’OMS dans l’affaire.

Une des victimes, la prénommée Shekinah, une aide-infirmière en janvier 2019 dans une des zones de santé touchées par l’épidémie. A Associated Press, elle a déclaré je cite : « un médecin de l’Organisation mondiale de la santé lui a proposé un emploi pour enquêter sur les cas d’Ebola pour le double de son salaire précédent – avec une prise. Quand il m’a demandé de coucher avec lui, compte tenu des difficultés financières de ma famille…. J’ai accepté », fin de citation.

Vendredi 14 mai, dans un communiqué de presse à Kinshasa, David McLachlan-Karr promet que ces allégations sont prises au sérieux pour ‘’apporter toute la lumière sur ce fléau’’.

Depuis novembre 2020, une commission d’enquête indépendante de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) mène des investigations sur les faits reprochés aux agents des agences des nations-unies engagés jadis dans la réponse à Ebola.

Au bout des enquêtes, David McLachlan-Karr rassure que les responsables seront sanctionnés. « Nous assurerons le suivi des enquêtes et sanctionnerons les responsables. Les résultats de ces enquêtes seront communiqués aux autorités congolaises » a-t-il ajouté.

En RDC, le réseau national pour la protection contre l’exploitation et les abus sexuels (PSEA) a été renforcé au cours des douze derniers mois. ‘’Ce réseau a pour mission de soutenir et coordonner la prévention et la réponse aux cas d’exploitation et d’abus sexuels et de soutenir les personnes qui en sont victimes’’, lit-on dans le même document.

Par ailleurs, le coordonnateur humanitaire au pays rappelle que : « La prévention et la réponse à l’exploitation et aux abus sexuels ont toujours été une priorité pour les Nations-Unies pendant des années et continuent de l’être ».

Djiress BALOKI (correspondant au Nord-Kivu)

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here