Nord-Kivu :  » sa mort nous a bouleversée »  émoi et désolation après la fusillade du haut cadre islamique Sheikh Ali à Beni

0
370

Sheikh Ali Amini, président de la communauté islamique du Congo (COMICO) à Beni a été tué par balle le soir de samedi 1ier mai dans la ville de Beni (Nord-Kivu) à l’Est de la RDC. Le fait est attribué à des hommes armés inconnus qui roulaient à bord d’une moto. « Ils se sont introduits dans la mosquée principale de Beni où le défunt présidait un culte vespéral. Il a reçu des balles, il est mort par la suite. Il était aussi le chargé des cultes », nous relate un journaliste de la place.

Dans les réseaux sociaux, il est difficile de décrire l’émotion des internautes après l’annonce de la mort de Sheikh Ali. Des commentaires vont dans tous les sens.

« Stop Génocide à l’Est. Lorsque les enfants de Sheik Ali Amani iront dans la rue pour dénoncer l’insécurité, vous direz qu’ils sont instrumentalisés?
Paix à ton âme Sheik Ali Amini. Tu meurs arme à la main prêchant la parole d’Allah, ton unique Dieu et Mohamed, son prophète », .écrit un internaute dans un forum WhatsApp. Et, il martèle: »
Sachez que la lutte est longue, mais nous vaincrons. L’injustice a atteint des proportions incommensurables, tout silence est complice ».

Un autre s’interroge : « Dans une ville surmilitarisée, un bandit vient tuer un Imam dans la mosquée et puis se volatilise ? »

Très consterné, celui-ci note : « L’homme abattu froidement ce soir devant les fidèles musulmans à Beni était un prédicateur islamique. Un homme qui a fait l’histoire dans la communauté islamique de Beni et au sein de la Population de Beni. Sa mort nous a bouleversé ».

Sur sa page Facebook, le député provincial honoraire du territoire de Beni, Jaribu Muliwavyo déplore cet assassinat. Il a préféré rappeler leur entretien de 2018. « Tu me disais : n’oublie pas d’écrire dans tes livres qu’un bon croyant musulman ne tue pas. On ne peut pas égorger les gens au nom de l’Islam. Le djihad, c’est ne pas couper les têtes des innocents. Tu étais un grand prédicateur de l’Islam du pardon et de la paix… « .

« Beni ne soyez pas distrait svp. L’ennemi extermine vos leaders pour que demain vous ne puissiez pas avoir ceux qui peuvent défendre votre cause. L’assassinat de ce leader musulman dans la mosquée est une preuve que l’ennemi dissimulé dans certaines structures de la société civile corrompues veut effacer les traces de son crime. Nous venons de perdre un leader, un défenseur de la Beni, Lubero. Mon âme est complètement déchirée et fatiguée. Si je pouvais être tué à sa place pour qu’un dénonciateur reste vivant. Où est quelqu’un pour me comprendre ? », dénonce pour sa part, le député provincial élu du territoire de Beni, Jean-Paul Ngahangondi.

Des sources concordantes renseignent que des menaces sécuritaires pesaient sur le défunt il y a peu. D’ailleurs, il avait été appelé et retenu pendant quelques jours par les services de renseignement militaire à Beni pour des raisons non encore connues.

Djiress BALOKI ( correspondant au Nord-Kivu)

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here