Affaire des écoutes : Nicolas Sarkozy sera jugé pour corruption du 5 au 22 octobre


L’ex-président est soupçonné d’avoir tenté d’obtenir début 2014 auprès d’un haut magistrat des informations secrètes dans une procédure en marge de l’affaire Bettencourt.

Pour la première fois sous la Ve République, un ancien président de la République sera jugé pour corruption : le procès de Nicolas Sarkozy dans l’affaire dite « des écoutes » se tiendra du 5 au 22 octobre, a décidé mercredi 8 janvier le tribunal correctionnel de Paris.


Nicolas Sarkozy est soupçonné d’avoir tenté d’obtenir début 2014, par l’entremise de son avocat Thierry Herzog, des informations secrètes auprès de l’ex-haut magistrat de la Cour de cassation Gilbert Azibert dans une procédure concernant la saisie de ses agendas en marge de l’affaire Bettencourt (soldée pour lui par un non-lieu en 2013) et ce, en échange d’un coup de pouce pour un poste à Monaco.


Le Parquet national financier (PNF), en octobre 2017, avait rendu son réquisitoire.

Dans un document d’une grande sévérité pour les trois protagonistes de ce scandale, les magistrats du PNF assuraient que l’enquête des juges avait « mis en évidence des charges lourdes et concordantes à l’encontre de MM. Azibert, Herzog et Sarkozy », allant jusqu’à comparer les méthodes utilisées par l’ancien président et son avocat à celles de « délinquants chevronnés » – notamment le recours, pour communiquer confidentiellement, à la fausse identité de « Paul Bismuth ».


Téléphones portables « secrets »
Comme l’avait affirmé Le Monde en révélant l’affaire, le 7 mars 2014, les juges chargés de l’enquête sur un possible financement illégal de la campagne présidentielle en 2007 de Nicolas Sarkozy par le régime de Mouammar Kadhafi avaient découvert, en surveillant leurs conversations sur la ligne officielle de M. Sarkozy, que ce dernier et son avocat se parlaient également sur des téléphones portables « secrets », qui furent à leur tour placés sur écoute par les enquêteurs.


« Lors de leurs communications sur cette ligne, synthétisait le PNF dans son réquisitoire, certains de bénéficier de la clandestinité qu’elle devait leur procurer, Nicolas Sarkozy et Thierry Herzog ont abordé ensemble les moyens d’obtenir des informations privilégiées sur une instance en cours devant la Cour de cassation, portant, dans le cadre de l’affaire dite “Bettencourt” instruite à Bordeaux, sur la validité de la saisie des agendas appartenant à Nicolas Sarkozy.

Ils ont régulièrement évoqué les moyens de tirer avantage de la présence au sein même de la Cour de cassation d’un haut magistrat qui leur était dévoué, rapidement identifié comme étant Gilbert Azibert, premier avocat général à la deuxième chambre civile de la Cour. »


Selon les enquêteurs, en contrepartie d’informations confidentielles qu’il se faisait fort d’obtenir au sein de la Cour de cassation, M. Azibert espérait, grâce à l’appui de M. Sarkozy, décrocher un poste de choix en principauté de Monaco – qu’il n’obtiendra finalement pas.
Le Monde avec AFP

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Discuter avec la redaction
Send via WhatsApp
Défiler vers le haut