Afrique: Suppression des visas pour 27 pays africains

Facebook Twitter Google+ Linkedin Mail

Aujourd’hui, les africains peuvent voyager librement vers plus de 27 pays sans visa ou obtenir un visa à leur arrivée dans le pays hôte.

«On ne soulignera jamais assez l’importance de l’intégration régionale dans le développement du continent. Je félicite les États membres qui ont facilité les procédures d’entrée des ressortissants africains sur leur territoire et j’exhorte ceux qui ne l’ont pas encore fait de se joindre à cette dynamique », a déclaré Moussa Faki Mahamat, Président de la Commission de l’Union africaine.

Le Rapport sur l’indice d’ouverture sur les visas en Afrique 2019, de la Commission de l’Union africaine et de la Banque africaine de développement révèle que, «pour la première fois, les voyageurs africains ont un accès libéral à plus de la moitié du continent ».

La libre circulation est une avancée remarquable qui offre des opportunités aux hommes et femmes d’affaires, investisseurs, étudiants et touristes africains. L’augmentation des pays qui adhèrent à ce programme de suppression de visa d’entrée est un satisfecit pour l’Union africaine.

En effet, dans le cadre d’un plan de l’UA, les pays africains étaient censés supprimer l’obligation de visa pour tous les citoyens africains en 2018. L’Union africaine avait pris la résolution de faciliter les déplacements sur l’ensemble du continent.

À ce jour, 21 pays africains offrent des facilités de voyage, grâce aux e-Visas. Au top des pays les plus performants en matière d’ouverture des visas figurent les Seychelles et le Bénin.

Il y a également l’Éthiopie qui a enregistré une performance record en progressant de 32 places dans le classement et intégrant ainsi les 20 pays les plus ouverts en Afrique.

Selon l’agence de communication APO, le rapport montre également que 47 pays ont amélioré ou maintenu leur indice d’ouverture des visas en 2019. Les voyageurs africains n’ont plus besoin de visas vers un quart des autres pays africains. En 2016, l’exemption de visa n’était possible que dans un cinquième du continent.

Ben NOTO

Facebook Twitter Google+ Linkedin Mail

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Défiler vers le haut
Discuter avec la redaction
Send via WhatsApp
Défiler vers le haut