Beni: des attaques contre les structures de la riposte contre Ebola s’intensifient

Djiress Baloki, reporter de Journal des Nations sur place, dans une partie non brulée du Centre de traitement d'Ebola de Katwa, après l'attaque des inconnus.

Facebook Twitter Google+ Linkedin Mail

Trois motos des agents de la réponse à Ebola ont été calcinées dans le village Ngoyo en localité de Pendekani dans le groupement Baswagha-Madiwe.

Le fait s’est produit dans la soirée de mercredi 6 novembre lors d’une attaque contre le centre de santé Ngoyo à une dizaine de kilomètres de la localité de Mangina, en territoire de Beni, au Nord-Kivu.

Dans la zone, notre source attribue l’incident aux présumés miliciens qui y opèrent et qui s’attaquent du jour au jour aux agents impliqués dans la réponse à la dixième épidémie qui a déjà coûté la vie à plus de 2 milles personnes dans les provinces du Nod-Kivu et de l’Ituri.

Joint par Journal des Nations ce jeudi, un des acteurs de la société civile affirme qu’au cours de l’assaut, les assaillants ont tenté sans succès d’incendier le dépôt des médicaments de cette structure sanitaire.

«Donc, ils ont échoué d’incendier le dépôt où l’on garde les médicaments et les biens de la riposte contre Ebola, mais ce sont les trois motos qui ont été calcinées. Et ces bandits ne se sont pas arrêtés par-là. Ils sont partis même jusqu’au village de Munule où ils ont pillé systématiquement les boutiques de la place », a témoigné sous-couvert d’anonymat, un agent de la riposte contre Ebola dans le milieu.

Le village de Ngoyo est ces jours-ci parmi les points chauds de la maladie à virus Ebola, s’inquiète le vice-président de la société civile de la locolité de Mangina, en zone de santé de Mabalako où le premier cas confirmé à Ebola avait été détecté.

« Il [ le village de Ngoyo, Ndlr] a beaucoup de cas d’Ebola dans l’aire de santé NGOYO. Les miliciens doivent quitter la brousse. Ils ne doivent pas s’attaquer aux équipes de la riposte, elles sont là pour notre bien car cette maladie peut nous décimer si on ne fait pas attention », précise Fréddy Mbayayi.

A l’occasion, il appelle les habitants de cette partie à « collaborer avec les équipes de la riposte, et surtout en acceptant le vaccin contre Ebola et le respect des mesures de prévention ».

Djiress BALOKI depuis Beni

Facebook Twitter Google+ Linkedin Mail

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Défiler vers le haut
Discuter avec la redaction
Send via WhatsApp
Défiler vers le haut