Butembo: une deuxième femme journaliste agressée par des hommes armés

0
69

En intervalle d’un mois depuis le début de l’an 2020, des hommes armés inconnus agressent deux femmes journalistes. Pour le dernier cas, il s’agit de la journaliste Chancy Mulonda de la Radio Télévision des Grands-Lacs -RTGL- de Butembo au Nord-Kivu, à l’Est de la RD Congo.

Ce jeudi 13 février, la victime témoigne qu’elle a été agressée par deux hommes armés aux environs de 21 heures de mercredi 12 février au niveau du rond-point de la paix, non loin de l’état-major de la police nationale congolaise au quartier Kambali, en commune de Vulamba.

« C’était aux environs de 21 heures, je revenais du lieu de travail après avoir présenté le journal télévisé, je me rendais à la maison, je me suis croisée avec deux hommes que je ne pouvais pas identifier c’était non loin du rond-point de la mairie. Ils sont venus et commencés directement à me poser beaucoup de questions, ils voulaient savoir d’où je venais, mais je n’ai pas répondu », indique chancy Mulonda.

«Après ils ont voulu avoir de l’argent. Ils s’exprimaient en lingala et en swahili. Je leur ai dit que je n’ai pas d’argents. Et l’un d’eux a directement mis l’arme sur ma tête, et il m’a dit si je suis têtue, il pourra tirer sur moi. Il y a l’autre qui a pris mon sac, il l’a commencé à fouiller et il a trouvé 10 mille francs. Telle que je les ai vus, ils portaient une tenue semblables à celle des policiers, et après ils m’ont libéré après m’avoir donné quelques gifles», ajoute-t-elle.

« La consœur se porte bien, seulement elle a des blessures psychologiques, physiques des traces de gifles sur ses joues» fait savoir Delphin Sindani journaliste de la RTGL, auteur des alertes sur les réseaux sociaux au sujet de cette agression.

En janvier 2020, c’est la journaliste Alice KAPISA de la Radio Communautaire SALAMA de Butembo qui avait été aussi victime d’une agression physique orchestrée par deux hommes vêtus en tenue civile et militaire.

Cette agression avait eu lieu lorsqu’elle se rendait à son domicile en revenant de son lieu de travail. Elle avait été blessée à la jambe après avoir été torturée par ces inciviques qui voulaient à tout prix lui ôter la vie, selon son témoignage.

Aucune autorité de la ville ne s’est prononcée quant à ce. « même pour le cas de la journaliste Alice Kapisa, les autorités sécuritaires n’ont pas fait des enquêtes pour dénicher les auteurs de l’agression. C’est déplorable», s’indigne un des confrères de chancy Mulonda.

Djiress BALOKI depuis Butembo

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici