Israël: toujours pas de gouvernement, malgré le Parlement

Facebook Twitter Google+ Linkedin Mail

Le nouveau Parlement israélien issu des législatives du 17 septembre se réunit jeudi pour la première fois, dans un pays qui reste en revanche sans gouvernement et avec un Premier ministre sortant, Benjamin Netanyahu, auditionné par la justice pour une affaire présumée de corruption.

1,2,3 Souriez ! Les 120 députés de la Knesset doivent prêter serment et faire les photos d’usage jeudi à partir de 16H00 (13H00 GMT) à Jérusalem, mais le coeur risque de ne pas y être car le pays reste embourbé dans une crise politique que les élections n’ont pas réussi à résoudre.

Benjamin Netanyahu et son rival Benny Gantz ont récolté respectivement les soutiens de 55 et 54 élus pour diriger le prochain gouvernement, mais sans atteindre le seuil de 61 députés leur permettant de former un gouvernement majoritaire.

Le président Reuven Rivlin a mandaté M. Netanyahu, qui cherche à prolonger son règne, déjà le plus long de l’histoire d’Israël, pour tenter de rallier M. Gantz dans un gouvernement d’union.

Mais les pourparlers entre le Likoud et Kahol Lavan (“Bleu-blanc”), les deux partis arrivés en tête des législatives, étaient au point mort cette semaine, MM. Netanyahu et Gantz voulant chacun être le premier à diriger, en rotation, un éventuel gouvernement d’union.

Le Premier ministre s’est donc tourné vers un autre homme, Avigdor Lieberman, son ancien ministre de la Défense qui s’est rebellé contre lui l’an dernier.

Chef du parti nationaliste laïc Israel Beiteinou, M. Lieberman est hostile aux formations juives ultra-orthodoxes, alliées du Likoud de M. Netanyahu, et à des élus arabes associés à Bleu-blanc de M. Gantz.

Facebook Twitter Google+ Linkedin Mail

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Défiler vers le haut
Discuter avec la redaction
Send via WhatsApp
Défiler vers le haut