Ituri: Leila Zerrougui prône le dialogue entre les communautés pour la stabilité de la région

0
153
Djugu, Ituri, RD Congo – Lors d’une rencontre mercredi 11 avril 2018 avec les communautés de Fataki, dans le territoire de Djugu, Leila Zerrougui, Représentante spéciale du Secrétaire général des Nations unies en RDC et Cheffe de la MONUSCO. Photo MONUSCO/Michael Ali .

 

Djugu, Ituri, RD Congo – Lors d’une rencontre mercredi 11 avril 2018 avec les communautés de Fataki, dans le territoire de Djugu, Leila Zerrougui, Représentante spéciale du Secrétaire général des Nations unies en RDC et Cheffe de la MONUSCO. Photo MONUSCO/Michael Ali .

Depuis sa prise de fonction en février dernier, la Représentante spéciale du Secrétaire général des Nations Unies en RD-Congo, Leila Zerrougui a entamé des visites de terrain dans les différentes zones en conflit du pays.

Elle effectue actuellement, depuis mardi 10 avril dernier une nouvelle étape dans la province de l’Ituri, après la région du Kasaï et le Nord-Kivu. Dans cette délégation se trouvent quelques experts de la Monusco, à savoir: Florence Marchal, porte-parole, le Commandant Adil Essherir, porte-parole militaire par intérim ainsi que le Commandant de la Force de la MONUSCO par intérim, le Général Commins.

L’objectif de cette mission est de palper du doigt la situation sur le terrain, de rencontrer l’ensemble des partenaires et personnels des Nations Unies et de les écouter avec au cœur des discussions, les récentes violences qui ont affecté l’Ituri, notamment dans le territoire de Djugu.

La représentante spéciale du secrétaire général des nations focalise sa mission sur trois priorités: traiter les causes profondes de la crise ; appuyer ceux qui sont dans le besoin avec des solutions durables et travailler sur la lutte contre l’impunité.

Depuis Bunia où elle se trouve, Florence Marchal a déclaré: « Des violations des droits de l’homme ont été commises dans ces territoires, et il est important que les systèmes judiciaires soient fonctionnels et que les personnes qui ont commis ces actes puissent être poursuivies».

Elle a rapporté que Leila Zerrougui a souligné l’importance d’avoir une évaluation conjointe de la situation, de ce qui a été fait et peut être encore fait pour permettre aux populations de rentrer chez elles et d’envoyer leurs enfants à l’école.

Cette dernière a également encouragé les populations à se réconcilier afin de leur permettre de pouvoir reprendre la vie ensemble malgré ce qui s’est passé et a assuré les communautés du soutien de la MONUSCO, aux côtés des autorités congolaises, pour y parvenir.

La mission des nations unies pour la stabilisation de la paix en RDCongo et d’autres partenaires s’activent afin de faciliter ce dialogue. Du côté de l’ONU, on parle du processus de retour à la normale qui est en cours bien qu’il y ait encore des tensions latentes.

Christiane EKAMBO

 

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici