Kinshasa : Etat des lieux des violences basées sur le genre par la ministre provinciale, Laetitia Kabamba

0
1085
ministre provinciale des affaires sociales, genre, famille et environnement, Laetitia Kabamba

Le taux de violences monte en flèche à Kinshasa et un travail de fonds doit être fait pour renverser cette tendance. C’est dans ce cadre que la ministre provinciale des affaires sociales, genre, famille et  environnement, Laetitia Kabamba  a présidé ce mardi 11 Août 2020 dans la salle polyvalente de l’hôtel de ville de Kinshasa la première réunion de la coordination du projet Justice, Autonomisation et Dignité JAD, en sigle. Ce projet est axé sur la lutte contre les violences basées sur le genre.

Le projet JAD est financé par le Programme des  Nations-Unies pour le Développement (PNUD)  dont la ville de Kinshasa est bénéficiaire. Il s’agit, en fait, d’une évaluation du travail déjà accompli jusque là dans ce secteur avant de faire de projections pour la bonne mise en œuvre de ce projet.

Les participants à l’atelier d’évaluation des violences basées sur le genre, à Kinshasa

A cet effet, sur instruction du gouverneur de la ville de Kinshasa, Gentiny Ngobila Mbaka, trente points relais de proximité seront installés à Kinshasa. Ces points de relais seront l’équivalent de centre intégré de systèmes multisectoriels (CISM).

En plus de 4 autres qui existent à travers la ville, ils devront travailler efficacement auprès des communautés de base dans les différentes communes.

A en croire la ministre provinciale, 30 points relais de proximité ne sont pas suffisants. Mais,  cela constitue déjà un pas énorme, souligne-t-elle.

Lesdits centres prendront en compte le volet médical, psycho-social, judiciaire et réinsertion.

L’objectif principal est d’obtenir que les coupables soient réellement punis. Car selon elle, l’Etat de droit doit absolument protéger les victimes.

Notons que parmi les recommandations retenues lors de ces assises qui ont réuni tous les acteurs impliqués, il ya le renforcement des capacités des leaders et intervenants communautaires lors d’un atelier en vue d’éclairer leur perception sur la mission des points relais de proximité. Ceux- ci serviront également de cadre  pour collecter les données au niveau communal et ainsi faciliter l’alimentation de la base des données provinciales.

 

Jessy EK.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here