Kinshasa : Gentiny Ngobila apporte son assistance aux enfants en détresse

0
1771
Le Gouverneur de la ville de kinshasa, Gentiny Ngobila Mbaka, a visité, samedi 8 août dernier, les personnes dites opprimées. Le premier citoyen de la ville a commencé par l’orphelinat dénommé Centre d’encadrement maison de mon père- assistance et renforcement -CEMAPAR- situé sur l’avenue Boma dans la commune de Selembao, derrière le Sanatorium. Là-bas, Gentiny Ngobila Mbaka a été acceuilli par la délégation des dirigeants de ce centre chapeauté par le pasteur Josué IKOMA,  fondateur de l’orphelinat.

Consolation des orphelins du CEMAPAR

On pouvait lire la surprise et la joie sur les visages des orphelins de CEMAPAR qui scandaient des cris de joie, une façon de souhaiter la bienvenue au premier des kinois. Dans son mot de circonstance, le Pasteur fondateur de CEMAPAR a remercié le Gouverneur Gentiny Ngobila pour la visite surprise aux 91 enfants que compte cet orphelinat.

Pour le promoteur de CEMAPAR, Gentiny Ngobila est la première autorité qui ait daigné leur rendre visite. Il en a profité pour parler de difficultés auxquelles le centre fait face pour la survie de ces enfants. Sur fonds propre, les responsables de cet orphelinat  ont  scolarisés 70% des enfants dans des écoles privées environnantes. Dans ce lot, 10 enfants sont pris en charge par la mairie de Selembao.

Lors de son adresse à l’assistance, l’autorité urbaine a été émue par la présence d’un bébé de 5 mois environ dont la mère a perdu la vie en donnant naissance dans des conditions de précarité déplorable.  Abandonné, ce bébé a été récupéré par l’orphelinat.

Gentiny Ngobila Mbaka a fait savoir aux encadreurs comme aux enfants de ce centre que désormais, ils ne seront plus seuls car il ne ménagera aucun effort pour les soutenir. Gentiny Ngobila Mbaka n’est pas allé les mains vides.

Autant sa présence a été un réconfort, autant le lot important de vivres qu’il avait apporté a  été accueilli avec joie par le fondateur du centre. Il s’est agi de sacs de riz, sacs de semoules, cartons de boîtes de conserve etc, ainsi que des kits d’hygiène pour lutter contre la covid-19 à savoir des cartons de masques, cartons de gel hydroalcoolique, kits de lavage des mains.

L’occasion faisant le larron, le patron de la ville de kinshasa a demandé aux enfants de suivre l’encadrement des responsables de l’orphelinat afin de devenir plus tard des personnes respectables dans la société, et cela avant de leur promettre qu’il partagera un repas de noël avec eux en fin d’année en cours.

Réconfort aux enfants de « Ndaku na biso »

Après Selembao, le cortège de l’autorité urbaine s’est dirigé vers la commune de Makala au centre d’encadrement « Ndaku na biso » dirigé par le frère Pierre. Très honoré également d’avoir reçu une autorité, le prélat catholique a exprimé sa satisfaction au Gouverneur de la ville de Kinshasa avant de présenter les missions de ce centre.

Frère Pierre du Centre « Ndaku na Biso »

Pour lui, Ndaku na Biso n’est pas un orphelinat mais un centre d’encadrement et de rééducation pour les enfants en rupture familiale. Certains chassés pour avoir été accusé de sorciers, d’autres trafiqués et déportés de l’intérieur du pays pour être exposés aux vols, viols. Aussi, parmi ces enfants se trouvent ceux qui ont été forcés par leurs familles à dormir dans la rue pour cause de misère.

Depuis 15 ans, le centre a replacé 2.500 enfants dans leurs familles respectives. Quant à ceux qui mendient, le centre a  apporté de l’aide en micro-crédit aux mères des familles pour subvenir aux besoins de base de leurs enfants.

Concernant certains enfants enlevés pour la plupart au Kasaï et abandonnés  à Kinshasa, le frère Pierre a fait savoir au Gouverneur Gentiny Ngobila Mbaka que certains déjà ont pu retrouver leurs familles.

Le premier citoyen de la ville de kinshasa a aussi eu l’oreille attentive aux témoignages des enfants encadrés par le centre Ndaku na Biso. Ému, Gentiny Ngobila a voulu apporter du réconfort à ces enfants attristés par les vicissitudes vécues dans la rue.

Là-bas aussi, le Gouverneur a laissé un important lot de vivres avant de s’inviter à table avec ces enfants délaissés.  Une façon pour lui de leur redonner le sourire.

 

Journal des Nations

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here