RDC : Denise Nyakeru Tshisekedi à la réunion régionale virtuelle sur les violences, « ce combat ne doit en aucun cas être exclusif à une catégorie des personnes ».

0
460
Denise Nyakeru Tshisekedi, première dame de la RDCongo

La première dame de la RDCongo, Denise Nyakeru Tshisekedi a participé mardi 11 août, par visioconférence  à la table  ronde consultative régionale sur l’autonomisation économique des femmes. Les conférenciers ont également planché sur  la participation effective des femmes à la consolidation de la paix dans la région des Grands Lacs dans le contexte évolutif de Covid-19.

Violences sexuelles, combat de tous

Cette réunion virtuelle qui a connu la présence du représentant spécial des Nations-Unies pour les Grands Lacs, a eu pour thème : « La prévention de toutes formes de violence à l’égard des femmes, des filles et garçons, et leur protection ».

Lors de son intervention sur la question de la lutte contre les violences sexuelles, elle a relevé qu’elle ne doit en aucun cas  être le combat exclusif d’une catégorie des personnes. Pour l’épouse du chef de l’Etat RDCongolais,  il s’agit d’un combat qui exige de chacun une implication totale dès les premiers signes de naissance d’un conflit, soit-il à l’échelle de la famille  ou de la communauté qu’à celle du pays.

En vue de la prévention des cas des violences sexuelles, elle a mis l’accent sur la sensibilisation. Quant à l’implication des médias, elle a préconisé une formation continue sur les Violences Basées sur le Genre (VBG) afin qu’ils s’imprègnent de la problématique et deviennent des vecteurs permanents de ce plaidoyer.

« Si nous pouvons savoir quand un conflit peut commencer, nous ne saurons jamais à l’avance « quand » ni « comment » il pourra se clôturer, encore moins quels dégâts, il pourra laisser dans son passage. La prévention demeure ainsi notre meilleure arme », a-t-elle indiqué.

Effets néfastes du Covid-19

S’agissant de l’impact du Covid-19, Denise Nyakeru Tshisekedi a dit que cette pandémie a porté un coup totalement inattendu aux stratégies politiques et sanitaires développés par les nations et en a exposé les faiblesses majeures.

« la pandemie a perturbé l’équilibre déjà précaire de nos pays et de nos dispositifs de lutte contre les VBG »

Elle a résumé en 5 points les conséquences néfastes du Covid-19 dans notre pays.

Il s’agit de la perte des revenus des ménages par l’effet du confinement ; la baisse sensible des activités de sensibilisation des Ong; incapacité des victimes et personnes rescapés à dénoncer les actes de violence.

Denise Nyakeru a également répertorié  l’oisiveté des enfants comme élément  ayant favorisé la violence à l’égard de ces derniers et le mariage précoce. Aussi, elle a souligné la faible demande de service de planification familiale, de consultation prénatale, d’accouchement assisté en structures médicalisées durant cette période de crise sanitaire.

Denise Nyakeru Tshisekedi a été nommée, Championne des Nations-Unies sur les questions des préventions des violences sexuelles liées  aux conflits. Elle est également ambassadrice du Fonds des Nations-Unies pour la Population (UNFPA) pour la lutte contre les violences basées sur le genre et l’autonomisation des femmes.

Christiane MUNOKI EKAMBO

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici