RDC: journée de deuil ce lundi 2 décembre au sein des institutions catholiques de l’ASSEPB à Beni et ailleurs

Facebook Twitter Google+ Linkedin Mail

L’ Archevêque et Evêques membres de l’Assemblée Episcopale Provinciale de Bukavu (ASSEPB) décrètent une journée de deuil le lundi 2 décembre dans leurs six diocèses, à savoir en diocèse de Goma, Butembo-Beni, Kindu, Kasongo, Uvira et de Bukavu.

La décision a été prise «en signe de communion et de solidarité » avec les victimes de l’insécurité, lors de leur assemblée extraordinaire tenue du 24 au 30 novembre à Bukavu, chef-lieu du Sud-Kivu en RDCongo.

Dans leur communiqué final, les membres de l’Assemblée Provinciale Épiscopale de Bukavu affirment avoir passé en
revue la situation sécuritaire dans leurs diocèses.

« Nous nous sommes penchés particulièrement sur les
violences qui sévissent de manière toujours plus aiguë et plus terrifiante dans les territoires de Béni et
Lubero, au Nord-Kivu ainsi que dans les territoires de Fizi, Uvira, Mwenga et Kalehe, en province du Sud-Kivu».

«Nous déplorons la persistance de l’insécurité perverse qui cause des souffrances innommables de nos

populations; nous leur exprimons toute notre compassion pour les victimes de ces violences inhumaines», s’inquiètent-ils.

Tout en demandant aux populations à poser des gestes concrets de «solidarité et de communion fraternelle» dans la non violence, ils lancent un appel clair au gouvernement congolais et à la communauté internationale.

« Nous exhortons les autorités nationales, régionales et internationales à s’impliquer davantage pour la sauvegarde de la paix, de I’unité nationale et de l’intégrité
territoriale de la RDCongo. Que ces hautes instances veillent à soulager les souffrances des communautés tant éprouvées », insistent ces hommes de Dieu.

«Ce jour de deuil et de prière sera chômé dans tous nos services ecclésiaux et sociaux, services médicaux exclus, mais comprises les écoles, les séminaires,
les instituts supérieurs et les universités dépendant de l’Eglise catholique dans nos six diocèses», chute le communiqué signé par l’Archevêque Métropolitain de Bukavu et Président de l’ASSEPB, François Xavier Maroy.

Depuis le 2 novembre, la société civile de Beni et territoire parle d’une centaine de personnes exécutées à la machette soit tuées par armes à feu dans plusieurs localités de cette partie du Nord-Kivu et ce, malgré les opérations militaires contre les groupes armés locaux et étrangers qui sont en cours dans la région.

L’armée congolaise annonce des pertes énormes dans le rang des rebelles ougandais des forces démocratiques alliées-ADF, auteurs des tueries des civils en ville comme en territoire de Beni depuis 2014, avec plus de 2000 civils aux côtés des portés disparus.

La résurgence des massacres des civils est actuellement à la base ces jours-ci d’un soulèvement des populations contre les casques bleus de la Mission de l’organisation des Nations-Unies pour la Stabilisation en RDCongo-Monusco, notamment à Beni, Butembo, Goma et Kinshasa. Les manifestants exigent le retrait de cette force onusienne sur le sol congolais suite à ce qu’ils qualifient de leur inaction dans la traque de l’ennemi sur l’étendue de Beni.

Djiress BALOKI

Facebook Twitter Google+ Linkedin Mail

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Défiler vers le haut
Discuter avec la redaction
Send via WhatsApp
Défiler vers le haut