RDC : les notables du grand Kivu favorabe à la rupture de la coalition FCC-CACH

0
171

Des notables du Nord-Kivu, Sud-Kivu et Maniema ont reouvert le round des consultations hier mercredi 18 novembre.

Saluant l’initiative du Président de la République qu’ils trouvent éclairée face à la situation que connaît le pays, le caucus des députés du territoire de Masisi, dans la province du Nord-Kivu, lui recommande de mettre fin à son alliance avec le FCC. Car, ont-ils soutenu, « la coalition bloque le fonctionnement du pays et n’est profitable ni au CACH, ni au FCC, encore moins à la population ».

Raison pour laquelle le Chef de l’État devrait s’activer dans la recherche d’une nouvelle majorité parlementaire. Une occasion qui va favoriser la mise en place d’un gouvernement qui s’occupera des problèmes de la population. Ainsi, ils lui conseillent de mettre en place un gouvernement d’union nationale. Au cas où la crise persisterait, le caucus estime que Félix Tshisekedi doit installer gouvernement provisoire des Secrétaires généraux de l’administration publique.

Même son de cloche pour les députés nationaux membres du caucus du Maniema. Pour eux, il faudra nommer rapidement un informateur. Plus radicaux et explicites, les membres du caucus des députés nationaux du Sud-Kivu encouragent et soutiennent les consultations, ils ont exprimé leur opposition farouche à la coalition FCC-CACH qui, à leurs yeux, bloque le pays tout entier.

Ils ont proposé au Chef de l’État de procéder à la nomination le plus rapidement possible d’un informateur, afin de dégager une nouvelle majorité parlementaire et permettre ainsi de mettre en place un gouvernement qui pourra travailler selon sa vision, et répondra au mieux aux aspirations de la population.

Ils ont aussi évoqué avec le garant de la Nation la situation d’insécurité qui persiste dans certaines contrées de la province, laquelle est l’œuvre des groupes armés nationalux et étrangers.

Au plan social, les élus du Sud-Kivu ont plaidé pour la stabilité du cadre macroéconomique.

Au sujet de la gratuité de l’enseignement de base, ils ont demandé au Chef de l’État d’ouvrir l’œil et le bon dans l’application de décision gouvernementale.

Christiany TSHILANDA ( à Kananga)

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here