RDC: L’ONU privilégie des opérations militaires axées sur un désarmement négocié et la protection des populations

Facebook Twitter Google+ Linkedin Mail

La décision d’une traque commune RDC-Rwanda-Ouganda-Burundi-Tanzani contre les groupes armés sur le sol Rdcongolais suscitent mefiance et réactions diverses depuis sa divulgation dans les réseax sociaux au mois d’octobre dernier. La revue Jeune Afrique a parlé de “casse-tête autour d’une offensive conjointe”.

Au cours du point de presse bihebdomadaire de la mission des Nations-Unies pour la stabilisation du Congo-Monusco-, qui s’est tenu mercredi 13 novembre à Kinshasa, le Représentant spécial adjoint par intérim pour la protection et les opérations de la MONUSCO ,François Grignon a déclaré que c’est la décision souveraine du Gouvernement congolais de définir le partenariat dont il a besoin pour traiter de cette question des groupes armés.

La position de l’ONU est claire et souligne le besoin de donner priorité à la protection civile dans toute opération militaire qui soit menée.Danns la lutte contre les groupes armés, nous devons avoir besoin de la pression militaire. Mais cette pression militaire doit aussi favoriser un désarmement négocié et doit aussi favoriser la récupération des armes, la réinsertion communautaire des combattants et, je dirais, une stabilisation pérenne et durable de la région”, a souligné François Grignon.

Le Représentant spécial adjoint par intérim pour la protection et les opérations de la MONUSCO regrette d’avoir des opérations, qui, non seulement continuent à apporter des violences additionnelles contre les populations civiles et ensuite qui n’apportent pas des solutions pérennes pour la stabilisation de la zone.

Grignon estime que conformément aux limites qui sont définies dans leur mandat, la mission onusienne a des orientations stratégiques de partenariat avec le Gouvernement qui met en priorité les populations civiles et la pérennité des résultats obtenus qui doivent être articulés par les opérations militaires avec des solutions politiques voire économiques.

Christiane MUNOKI EKAMBO

Facebook Twitter Google+ Linkedin Mail

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Défiler vers le haut
Discuter avec la redaction
Send via WhatsApp
Défiler vers le haut