RDC: Luhaka promet de reloger seulement les étudiants ayant droit après concertations

0
25

L’ultime décision de la fermeture des résidences des étudiants au site du campus universitaire de Kinshasa a suscité beaucoup des divergences tant au niveau de la population que de l’Opposition politique congolaise qui estime que la sanction était disproportionnée. Du côté du gouvernement congolais, le ministre de l’Enseignement supérieur et universitaire-ESU-, Thomas Luhaka estime avoir agi en homme responsable.

« En toute responsabilité, je suis allé voir le premier ministre pour lui dire qu’il faut suspendre les cours et évacuer volontairement les homes pour nous permettre de ne loger que les étudiants ayant droit ». a -t-il déclaré.

A « l’UNIKIN, il y a 30 000 étudiants. La grande majorité a compris. 500 seulement ont manifesté, a-t-il souligné.

Sur son compte twitter, le candidat malheureux à la présidentielle du 30 décembre 2018, Seth Kikuni s’insurge contre les actes de vandalisme opéré par les étudiants lors de leurs revendications : « J’ai étudié dans une université de gauche (la plus communiste qui soit) en Turquie. Les protestations et la police anti-émeute étaient notre quotidien. Nous protestions pour beaucoup de choses, mais casser, brûler notre propre université, pire tuer un policier? Jamais ».

Avec 8 000 étudiants à loger en raison de 2 à 4 étudiants par chambre, il y a nécessité d’assainir, estime Luhaka. Ce dernier a promis la réouverture des homes après réunion d’évaluation avec l’ensemble des parties prenantes dont le Comité de gestion, l’Association des professeurs et la Coordination estudiantine.

En ce qui concerne la motivation qui a conduit aux manifestations du 5 janvier dernier au campus de Kinshasa, Thomas Luhaka parle « d’incompréhension et de mauvaise foi » de la part des étudiants de l’unikin.

Il assure qu’il n’y a pas eu hausse des frais à l’UNIKIN. « Depuis 2015, les frais n’ont pas bougé. Les frais d’inscription, par exemple, sont toujours l’équivalent de 10 dollars. À l’UNIKIN, les étudiants, après 3 jours des pourparlers, se sont mis d’accord autour de 490 000 francs congolais » des frais académiques.
Ben NOTO

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici