RDC : « FCC-CACH patauge depuis que Félix Tshisekedi a résolu de rechercher l’Union Sacrée », (Lambert Mende)

0
290
Lambert Mende, président du parti politique Convention des Congolais Unis (CCU), ancien ministre de communication et médias en RDC

L’ancien Ministre de la communication et Médias, député National et cadre du front commun pour le Congo (FCC), Lambert Mende Omalanga estime que la coalition FCC-CACH qui fait la fierté du pays, patauge. Selon ce dernier, cette situation est constatée  depuis que le président de la République démocratique du Congo, Félix Tshisekedi Tshilombo a résolu de rechercher la requalification de la majorité parlementaire pour l’Union Sacrée de la Nation. Le  président de l’alliance de  convention des Congolais Unis  et Alliés (CCU ) a fait cette déclaration au cours de la matinée politique animée ce vendredi 27 novembre 2020 au siège de son parti politique, dans la commune de Ngiri-ngiri à Kinshasa.

Une occasion pour lui de faire l’état des lieux de la situation politique actuelle dans notre pays. Prenant la parole devat ses partisans, il a  souligné que la coalition FCC-CACH constituée après l’alternance pacifique et civilisée au sommet de l’Etat et qui fait aujourd’hui la fierté de la République démocratique du Congo est entrain de patauger. Selon Lambert Mende, cette situation existe seulement depuis que Félix Tshisekedi a résolu de rechercher la requalification de la  majorité parlementaire pour ce qu’il a appelé  » Union sacrée de la Nation ».

Abordant la question du refus du FCC de participer aux consultations initiées par le président de la République, Lambert Mende a justifié l’attitude des membres de ce regroupement cher à Joseph Kabila.

Pour Lambert Mende, les regroupements membres  FCC dont l’alliance de  convention des Congolais Unis  ( CCU ) et Alliés, a  été invité à prendre part à  ses consultations d’une manière peu conforme à leur  statut de détenteur de la majorité parlementaire. Il a rappelé que le FCC est membre de la plate-forme partenaire FCC-CACH du président de la République pour  la gouvernance de la gestion  du pays.

 » Après avoir  longuement débattu, nous avons adresser au Chef de l’État une réponse dans laquelle nous avons déplorer l’incongruité qui a consisté à inviter les regroupements politiques membres du FCC en lieu et place du FCC,  lui même qui est parti à la coalition », a t’il dit. Il a indiqué que le FCC a reçu son invitation  à 11h 20 pour une rencontre  qui devait se tenir le même jour à 15 heures. « Toutefois, nous avons réaffirmé la disponibilité du FCC  à dialoguer avec le Président de la République sur toutes les questions qu’il jugerait mettre à l’ordre du jour », a expliqué Lambert Mende .

À l’en croire, ces consultations ne devraient se faire utilement que dans  le cadre des mécanismes et structures prévues par l’ accord de la coalition Majoritaire FCC-CACH.  Il a indiqué que cette coalition est née à la suite des élections qui ont vu le CACH gagné la présidence de la République et le FCC  gagné la majorité parlementaire,  donc la direction du gouvernement.

Il poursuit en disant que, nul n’a le droit de désacraliser le peuple congolais, et nul n’a le droit de se substituer  à la souveraineté du Peuple qui constitue le socle du contrat social et Républicain dans un état de droit.Le président de la CCU avance que toutes les institutions issues des élections sont tenues de respecter la volonté exprimée dans les urnes par le peuple que nous appelons le souverain primaire, d’où le caractère incontournable en République Démocratique du Congo aujourd’hui d’un pouvoir partagé. Pour lui, ce « pouvoir partagé » ne pourra se terminer qu’à l’issue d’une autre échéance électorale.

Lambert Mende rappelle aussi que, par la volonté du Peuple congolais, seule la gestion des espaces du pouvoir partagé est envisageable aujourd’hui. Exprimant son regret, il a déclaré: « Il apparaît malheureusement que la finalité des consultations initiées par Félix Tshisekedi au palais de la Nation,  est l’anéantissement par des moyens artificiels de l’ordre institutionnel établi par les scrutins de 2018 ». Et de renchérir: « L’anéantissement par la mise hors circuit de la majorité parlementaire détenue par le FCC  au profit d’une présidence de la République omnipotente ».

Foudre OTSHUDI

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here