En Afrique, 38 pays ont réceptionné 25 millions de doses de vaccin anti-COVID-19

0
502

On compte environ sept millions de doses de vaccin contre la Covid-19 déjà administrées en Afrique. L’annonce a été faite au cours d’une conférence de presse virtuelle de l’organisation mondiale de la santé ( OMS), organisée jeudi 19 mars par le groupe de presse APO.

Groupe prioritaire ciblé

Au total, 38 pays africains ont déjà reçu plus de 25 millions de doses de vaccin anti-COVID-19 et 30 ont lancé des campagnes de vaccination.

Le Ghana a déjà administré plus de 420 000 doses et couvert plus de 60 % de la population ciblée lors de la première phase dans la région du Grand Accra, qui se trouve être la région du pays la plus touchée par la pandémie.

Au Maroc, plus de 5,6 millions de doses de vaccin ont été administrées au cours des sept dernières semaines, alors qu’en Angola, plus de 49 000 personnes ont été vaccinées contre la COVID-19 au cours de la semaine écoulée, y compris plus de 28 000 agents de santé.

En vue de garantir un impact maximal de la vaccination, les premières doses de vaccin sont limitées à des groupes de population prioritaires comprenant le personnel de santé, les personnes âgées et les personnes souffrant de problèmes de santé qui les exposent à un risque plus élevé de développer une forme grave de la COVID-19.

 » La phase initiale de déploiement des vaccins dans certains pays africains a permis de toucher un nombre bien plus élevé de personnes que dans les pays d’autres Régions qui ont eu accès aux vaccins beaucoup plus tôt », COVID-19 », a indiqué Matshidiso Moeti, directrice régionale de l’OMS pour l’Afrique.

Quelques pays d’Afrique ont interrompu ou reporté leur utilisation du vaccin AstraZeneca dont la RDC qui pourtant avait prévu de démarrer le 15 mars dernier.

Il s’agit là d’une mesure de précaution fondée sur des rapports faisant état de troubles rares de la coagulation sanguine chez des personnes à qui le vaccin a été administré, a-t-on appris lors de cette conférence. .

La suspension concerne un lot spécifique du vaccin AstraZeneca, qui n’a pas été distribué en Afrique,  ont souligné les intervenants.

L’OMS rassure 

Face aux réticences constatées ça et là. L’OMS se dit plutôt optimiste et rassure. En effet, sur la base des connaissances actuelles, l’OMS considère que les avantages du vaccin AstraZeneca l’emportent sur ses risques et recommande la poursuite de la vaccination.

Il sied de souligner que le continent africain a dépassé la barre des quatre millions de cas de COVID-19 (y compris les 43 000 nouveaux cas recensés la semaine dernière), pour 108 000 décès.

Au cours du mois écoulé, le nombre de nouveaux cas a baissé de 41 % par rapport au mois précédent, mais une tendance à la hausse est observée dans 12 pays, notamment au Cameroun, en Éthiopie, au Kenya et en Guinée (où sévit aussi une flambée épidémique de maladie à virus Ebola).

Outre le Dr Moeti, d’autres personnalités ont pris part à cette conférence de presse. Il y a le Dr Silvia Lutucuta, ministre angolaise de la santé, le Prof. William Kwabena Ampofo, président de l’Initiative pour la fabrication de vaccins en Afrique, et Dr Salam Gueye, directeur du groupe organique Préparation aux situations d’urgence et organisation des secours au Bureau régional de l’OMS pour l’Afrique. Dr Richard Mihigo, coordonnateur du programme Vaccination et mise au point des vaccins au Bureau régional était également présent pour répondre aux questions.

Journal des Nations

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here