Nord-Kivu : JED s’inquiète des informations sur l’exécution présumée d’un journaliste par des miliciens

0
58

Dans une lettre urgente adressée, le lundi 23 juin 2020, à M. Carly Nzanzu, Gouverneur de la province du Nord-Kivu (Est de la RD Congo), Journaliste en danger (JED) lui a demandé de mobiliser massivement tous ses services pour connaitre le sort d’un journaliste porté disparu depuis une semaine, et qui aurait été « exécuté » par des miliciens armés.
« Nos inquiétudes se fondent sur des informations persistantes, selon lesquelles, ce journaliste aurait même été « exécuté » par ses ravisseurs », écrit JED dans cette correspondance en exhortant le Gouverneur de province à prendre très au sérieux ces allégations, et de tout mettre en œuvre pour élucider cette affaire.
Selon des journalistes locaux contactés par JED, Bwira Bwalitse, directeur de la Radio Communautaire de Bakumbule (RCBA), station émettant à Kalembe dans le territoire de Walikale à environ 130 Km de Goma, a été enlevé, le mardi 16 juin 2020 dans la matinée, par des hommes armés sur la route Kalembe – Pinga, dans la localité Bushimoo, pendant qu’il revenait, à bord d’une moto, accompagné de deux autres personnes, de la cité Peti, où il était allé ouvrir une autre station de sa radio.
Bwira Bwalitse anime une émission intitulée :  » Vivre ensemble » consacrée à la pacification du territoire de Walikale. Dans ses émissions, le journaliste appelait régulièrement les groupes armés actifs dans cette contrée à déposer les armes afin d’être utiles à la communauté.
Contacté par JED, Ely Muhindu, rédacteur en chef de la RCBA, a déclaré que le téléphone de leur directeur se trouve entre les mains des ravisseurs.
 » Ces hommes armés se servent du téléphone de notre directeur pour passer des communications ; Ils exigeaient une rançon de 5000 dollars américains avant de pouvoir libérer Bwira. Ils promettaient de l’abattre s’ils n’obtiennent pas cette somme d’argent. Nous n’avons pu transférer par « Mpesa » ( un servicede transfert d’argent par téléphone) que la somme de 400 dollars. Le vendredi 19 juin, ils nous ont fait savoir qu’ils venaient d’exécuter notre collègue. Depuis, toutes tentatives de les joindre au téléphone ont été sans succès juste après l’annonce de l’assassinat de notre Directeur « , a-t-il témoigné.
Dans cette lettre, JED demande au gouverneur de la province du Nord-Kivu, en sa qualité de responsable N°1 de la sécurité et de la protection de ses habitants de tout mettre en œuvre pour retrouver les traces de ce journaliste.

Jed

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici