RDC: l’Unicef cherche 268 millions de dollars pour secourir 6,3 millions d’enfants

0
144


L’Organisation des nations unies pour l’enfance en RD-Congo-UNICEF- lance un appel financier de 268 millions de dollars aux bailleurs de fonds du monde afin de fournir une aide humanitaire vitale à 6,3 millions d’enfants en 2018.

Ce cri d’alarme vise les provinces du Kasaï, du Nord-Kivu, du Sud-Kivu et du Tanganyika sont les plus concernées.

« La hauteur exceptionnelle de l’appel pour l’appui humanitaire en RD-Congo met en évidence à quel point les enfants de ce pays souffrent aujourd’hui des conséquences des conflits et des épidémies », a souligné le Dr Tajudeen Oyewale, Représentant a.i. de l’UNICEF en RDCongo.

Cet appel des fonds est le plus important de l’organisation à travers le monde, mis à part l’appel qui concerne le Yémen ainsi que la Syrie et ses pays limitrophes.

Afin d’être en mesure d’apporter une réponse humanitaire à la hauteur des besoins des enfants de la RDC en 2018, il faut que les bailleurs se mobilisent.
Dr Oyewale précise que « l’année dernière, les bailleurs n’ont financé que 51% des fonds nécessaires pour la réponse humanitaire.

Si la communauté internationale ne prend pas de mesures immédiates pour protéger et fournir une aide vitale aux enfants RD-congolais, un avenir de plus en plus sombre les attend. » L’Unicef entend mobiliser 3,6 milliards de dollars pour garantir une assistance humanitaire à 48 millions d’enfants dans 51 pays touchés par des conflits, des catastrophes naturelles et d’autres situations d’urgence en 2018.

La montée des violences et des tensions intercommunautaires a contraint plus de 1,9 million de personnes à fuir leur foyer en 2017. La RD-Congo est devenue le pays africain le plus affecté par les mouvements de population, avec 4,3 millions de déplacés sur le territoire, dont plus de 2,6 millions d’enfants. Ces enfants et leurs familles sont dépendants de l’assistance humanitaire pour leur survie.

En RD-Congo, plus de deux millions d’enfants souffrent de malnutrition aiguë sévère, soit 12% du nombre de cas dans le monde. A cela s’ajoutent les épidémies de choléra et de rougeole qui ont touché un nombre record d’enfants en 2017 et dont l’impact risque de s’étendre sans une réponse adéquate.

Christiane EKAMBO

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici