Afrique Subsaharienne : 9,6 millions de jeunes âgés de 15-24 ans seront infectées par le VIH d’ici 2050

0
90

Les chercheurs et les experts en santé publique se sont réunis du 23 au 27 juillet lors de la 22ème Conférence internationale sur le SIDA à Amsterdam au Pays-Bas. Ils ont présenté de nouvelles données prometteuses sur l’épidémie du VIH et d’intervention en Afrique subsaharienne.

A cette occasion, la sonnette d’alarme a été tirée sur la propagation du VIH auprès des jeunes dans la partie subsaharienne de l’Afrique. « En dépit des progrès extraordinaires, le VIH reste une menace sérieuse pour la vie de millions de personnes en Afrique subsaharienne », a déclaré Linda-Gail Bekker, présidente de la Société internationale sur le sida.

Une analyse menée par l’UNICEF estime que 9,6 millions de jeunes âgés de 15-24 ans seront infectées par le VIH en Afrique subsaharienne entre 2017 et 2050. Environ les deux tiers des personnes seront des filles ou des jeunes femmes, selon l’étude. Le bilan continue du VIH chez les jeunes reflète la population des jeunes en croissance rapide dans la région, qui devrait augmenter de 85% d’ici 2050, ainsi que le lent déclin de l’incidence du VIH dans ce groupe, qui a diminué d’environ 3% par année depuis 2010.

Dans son étude intitulée : «  lourd tribut du VIH sur les jeunes en Afrique subsaharienne », Aleya Khalifa de l’ UNICEF a noté que la réduction du fardeau du VIH chez les jeunes en Afrique subsaharienne nécessitera un meilleur accès à la prévention du VIH, la santé sexuelle et reproductive, et les services de dépistage ciblés. La présidente de la Société internationale sur le sida a martelé : « Ces données soulignent à la fois la nécessité urgente et la possibilité d’investir dans des programmes de prévention et de traitement du VIH élargis qui peuvent enrayer l’épidémie en Afrique ».

Au cours de ce forum, les données de plusieurs pays africains ont montré comment des programmes améliorés de prévention et de traitement du VIH peuvent réduire considérablement l’impact de l’épidémie.
Christiane MUNOKI EKAMBO

 

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here