Koffi Olomidé, Fabrigas et Heritier Watanabe excluent des obsèques du Poète Lutumba 

Facebook Twitter Google+ Linkedin Mail

 

C’est le samedi 30 mars 2019 dans la matinée qu’est tombé cette triste nouvelle où la foudre n’a pas manqué de s’abattre comme il l’avait prédit de son vivant.

Un baobab de la musique congolaise, aucun des artistes n’a manqué de témoigner de la compassion face au décès de ce grand artiste musicien-compositeur, auteur de plusieurs chefs-d’œuvre.

Alors que son corps était très attendu à Kinshasa, les artistes n’ont pas manqué de prester dans plusieurs endroits alors qu’il n’y avait pas encore un programme officiel qu’en à ceux.

D’ailleurs, devant son avenue Isangi, une ambiance tout autre jusqu’à créer restruction de circulation puisque les chaises sont classées de part et d’autres avec l’aspect d’une grande célébration avec un grand podium installé depuis presqu’un mois.

Rapatrié à Kinshasa le mardi 30 avril dernier, comme il l’aurait souhaité que le jour de sa mort qu’il y ait juste de la musique en guise de leur, il a été accueilli avec cette même musique au boulevard Triomphal avec Werrason et les siens, alors que le programme officiel des obsèques est du 03 au 05 mai au palais du peuple.

À cet effet, l’union des artistes musiciens Congolais-UMOCO-, à travers son Président Verckys Kiamuangana Mateta, a publié la liste des orchestres invités aux obsèques du Poète Lutumba Simaro pour un dernier hommage, un hommage mérité.

Parmi ceux qui sont listés, l’on note Fally Ipupa, Ferre Gola, Felix Wazekwa, Bill Clinton, Kabose et autres.

Ce qui est vrai, plusieurs artistes et groupes désiraient jouer aux obsèques de l’un de plus grands compositeurs et artistes de la musique Congolaise, mais Verckys Kiamuangana lui en a décidé autrement.

Il n’a pas fait appel à Koffi Olomide et son quartier latin, Héritier Watanabe avec son Team Wata ni à Fabregas le Métis Noir et son groupe Lignt music Villanova.

L’absence de ces trois artistes musiciens a été très remarquée par les mélomanes Congolais et en voudraient, semble-t-il, connaître véritablement la grande raison de cette mise à l’écart.

Blaise PUALA

Facebook Twitter Google+ Linkedin Mail

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

filer vers le haut
Discuter avec la redaction
Send via WhatsApp