Leila Zerrougui: « La problématique d’Ebola devient une contrainte pour la sécurisation de Beni »

0
220

Leila Zerrougui, représentante du Secrétaire général des Nations unies en RDC à droite et Florence Marchal, porte-parole de la mission onusienne en RDC.

« La situation devient de plus en plus difficile et préoccupante sur l’ensemble du pays « , a déclaré, Leila Zerrougui, représentante spéciale du secrétaire général des Nations-Unies en RD-Congo. Face à la presse ce mardi 16 octobre, au quartier général de la Mission des Nations-Unies pour la stabilisation du Congo-Monusco, Leila Zerrougui a exprimé sa solidarité à la population de Beni confrontée à l’épidémie d’Ebola alors qu’elle subit depuis des années les exactions des groupes rebelles. La problématique d’Ebola devient une contrainte donnant matière à réflexion à l’ONU qui entend protéger la ville de Béni contre les groupes armés, sans pour autant créer la psychose au sein de la population.
On ne permettra pas que la ville soit entre les mains des groupes armés », a martelé Leila Zerrougui. Au cours de ce point de presse, la cheffe de la Monusco a indiqué que le mouvement rebelle ADF prend de plus en plus une posture agressive et a annoncé que l’ONU est entrain de développer une stratégie plus efficace pour travailler sur la problématique des ADF, tout en soulignant qu’on ne peut pas les vaincre par les armes. il s’agit se recourir à la pression, soit militaire ou politique.
La Mission de la paix en RD-Congo compte aussi sur la justice comme un moyen de réponse qui devra permettre d’inciter les ADF à déposer les armes. Leila a également parlé de deux points essentiels qui divisent la classe politique RD-congolaise: la machine à voter et le fichier électoral. A propos de ces divergences, elle a indiqué que la Mission des Nations-Unies pour la stabilisation du Congo s’engage à remplir son mandat des bons offices afin de ramener les partis politiques à un minimum de consensus dans l’intérêt de tout le monde.
En outre, la représentante spéciale d’Antonio Guterres a exprimé la satisfaction des membres du Conseil de sécurité des Nations-Unies lors de leur récent passage à Kinshasa, au ours duquel, ils ont eu des échanges fructueux avec toutes les parties prenantes ( Président de la république, Opposition, Majorité, groupe des femmes et société civile ). « La visite du Conseil de sécurité en RD-Congo fut un réel satisfecit pour la mission qui a eu l’occasion d’échanger avec ceux-là qui décident de notre mandat « , a-t-elle souligné.
Christiane MUNOKI EKAMBO