RDC: sanctions de l’UE, l’étau se resserre sur le dauphin de Kabila

0
197


Contrairement à la demande des autorités RD-congolaises, l’Union européenne surprend. Elle prolonge ses sanctions contre le dauphin du président Kabila à l’élection présidentielle du 23 décembre Emmanuel Ramazani Shadary et 13 autres personnalités congolaises. Ce qui ressort du communiqué de presse du Conseil européen de ce lundi 10 décembre.
Il sied de signaler que le prolongement de ces sanctions tombent au moment où Shadary est pleine campagne électorale pour les scrutins prochains. À ces sanctions s’ajoute l’affaire « Congo files » sur le meurtre de deux experts de l’ONU.
Il y a des fortes chances que le dauphin soit poursuivi pour cette affaire. Le Congo files embarasse tant l’ONU que le gouvernement congolais. À l’époque, Shadary était Ministre de l’intérieur de la RD-Congo. Visiblement, les appels et menacent du gouvernement congolais pour la levée desdites sanctions sont restés vains.
Adoptées le 12 décembre 2016 et le 29 mai 2017, les sanctions actuelles iront jusqu’au 12 décembre 2019, donc une année de plus. Elles consistent en un gel des avoirs et une interdiction des visas pour l’Union Européenne.
Il s’agissait d’une réponse aux entraves au processus électoral et aux violations de droit de homme qui s’y rapportent.
Les sanctions vont être adaptées au regard des élections actuelles.Il s’agit d’une mise en garde contre tout déraillement du processus électoral actuel. Le Conseil de l’Union européenne a réaffirmé par ailleurs l’importance de la tenue d’élections crédibles et ouvertes à tous. Il se dit prêt à réexaminer les mesures restrictives au regard des élections actuelles et à les adapter en conséquence.

Journal des Nations