Journée de la photographie: » tout le monde fait la photo mais tout le monde n’est pas photographe « 

0
91
Jeune entrepreneur prisé de la photographie, Christian Kabamba, CEO de Bahadia Picture Agency au cours d'une séance-photos

Que l’on soit professionnel de la photographie ou amateur, l’on a tous déjà utilisé un appareil photo. C’est à plus forte raison que le monde célèbre en ce 19 août, la journée mondiale de la photographie.

La photographie s’est développée au fil des années et cette évolution a aussi conquis la ville de Kinshasa. La photographie s’est pérennisée en RDC et a su devenir un vrai business. A une certaine époque, les professionnels de la photo, quelques rares qui existaient dans la ville était « statiques » contrairement à la vague actuelle des photographes « ambulants ».

Ces photographes statiques se comptaient au bout des doigts et étaient des leaders dans le domaine. Depuis l’époque coloniale, la ville de Kinshasa possédait des studios photos tels que les studios Menga et Photo Guy. De tous ces studios qui accueillaient jadis plusieurs clients, seul le studio « Photo Guy » a survécu et se trouve à la même adresse sur le Boulevard du 30 juin. Elle tient le monopole pour les photos exigées par les ambassades pour les voyages à l’étranger.

Tous à la photo, mais tous photographes

Ils deviennent incontournables dans tous les événements tant festifs que funéraires. Ils sont là, ces photographes qui parfois dérangent. Pas toujours les bienvenus, parfois nombre des photographes n’attendent pas de se faire inviter. Ils font l’assaut lors de toutes circonstances parfois à la quête du scoop  » ces chasseurs d’images ».

En 2021, très difficile d’assister à une manifestation de type mariage, anniversaire, excursion ou autres sans apercevoir un photographe-shooter. Ce business très prisé par les jeunes est devenu le principal concurrent de la photographie traditionnelle des smartphones.

Aujourd’hui, la photographie dit shooting est plus sollicitée pour des évènements festifs. « Grace à mon business, les clients peuvent avoir des images qui reflètent une réalité ponctuelle. Au départ, j’avais acquis un appareil photo numérique avec lequel je prenais des photos juste pour m’amuser. Lorsque j’ai compris qu’à travers cette activité, je permets aux individus d’immortaliser les moments les plus précieux de leur vie, j’ai décidé d’en faire un véritable business à travers le renforcement de mes capacités professionnelles », nous a livré Christian Kabamba, CEO de Bahadia Picture Agency.

« Ce n’est pas parce que l’on est porteur d’un téléphone portable que l’on devient photographe. La photographie est un art et répond à un certain nombre d’exigences. Il est urgent que les photographes professionnels s’adaptent aux changements qui surviennent dans ce métier actuellement en recréant une photographie à valeur ajoutée » a ajouté Christian Kabamba.

Signalons que selon le classement des arts établit par Hegel, la photographie vient en 8e position à côté de la Bande Dessinée.

Ben EKAMBO